Home > Actualités > Viande ovine : mettre fin aux accords de libre-échange pour ...
Partager sur :
ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE
01.07.2020

Viande ovine : mettre fin aux accords de libre-échange pour sauver les éleveurs

Le prix moyen de l'agneau navigue à des niveaux record pour cette période de l'année, avoisinant 6,60 euros par kilogramme de carcasse. Ces niveaux de prix offrent aux éleveurs et aux éleveuses la respiration qu'ils attendaient depuis des années mais surtout depuis les méventes de Pâques.

Si la consommation semble avoir doucement repris depuis la fin du confinement, c'est surtout la baisse des importations qui semble être à l'origine de cette évolution des prix français. Loin de tirer les enseignements de cette crise qui a montré notre dépendance au marché globalisé, l'Europe continue de se précipiter aveuglement dans des accords de libre-échange destructeurs pour nos paysan.ne.s, climaticides et fondamentalement incompatibles avec la « souveraineté alimentaire » dont Emmanuel Macron affirmait pourtant l'importance il y a seulement quelques semaines.

Après avoir proposé la semaine dernière une ouverture supplémentaire du marché européen pour 40 000 tonnes de viande ovine néozélandaise dédouanée et alors que les conditions du Brexit ne sont toujours pas connues, la Commission européenne continue ses négociations avec l'Australie, premier exportateur mondial de viande ovine.

Que restera-t-il des élevages ovins français, dont le nombre a baissé de près d'un tiers en six ans et qui ne fournissent déjà plus que 45% de la consommation d'agneau en France, lorsque leur mise en concurrence déloyale avec le monde entier sera finalisée ?

La Confédération paysanne rappelle qu'il est illusoire de vouloir améliorer les conditions de vie et d'abattage des animaux sans remettre en cause le libre échange qui industrialise l'agriculture et précarise les travailleurs. Nous demandons au gouvernement français des actes en conformité avec la parole du Président de la République, et nous exigeons que tout soit mis en œuvre pour stopper la prolifération des accords de libre-échanges, à commencer par celui avec l'Australie.

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne des Pays de la Loire