Home > Actualités > L'interview complète de John Peck, maraîcher dans le Wisconsin
Partager sur :
LOIRE-ATLANTIQUE
02.02.2021

L'interview complète de John Peck, maraîcher dans le Wisconsin

02.02.2021 -
John Peck est le directeur du syndicat Family Farm defenders , membre de la Via Campesina à Madison, Wisconsin. Il est par ailleurs maraîcher sur une petite structure en vente directe. Militant acharné, il nous livre son regard sur l’agriculture de son pays.

PN : Nous avons en France une certaine image de l'agriculture de votre pays : grandes exploitations, immenses troupeaux de vaches, énormes champs de maïs. Que pouvez-vous nous dire sur l'agriculture familiale et l'agriculture durable ?

Il existe de nombreux stéréotypes sur les agriculteurs américains. Beaucoup d'entre eux font partie de la propagande promue par les entreprises agroalimentaires et leurs groupes écrans comme le Farm Bureau. Ironiquement, il prétend avoir 3 millions de membres, alors qu'il reste à peine 2 millions d'agriculteurs dans tout le pays ! En fait, nous avons aujourd'hui plus de prisonniers que d'agriculteurs aux États-Unis, et les prisonniers sont souvent obligés d'effectuer des travaux agricoles de même que les migrants. Rien qu'au Wisconsin, nous avons plus de 16 000 travailleurs agricoles migrants dans le secteur laitier, avec des milliers d'autres personnes dans les usines de transformation, les restaurants et les entrepôts de distribution. Plus de la moitié sont des travailleurs sans papiers, mais sans ces travailleurs agricoles essentiels, tout notre système s'effondrerait. C'est pourquoi les agriculteurs de cet état rejoignent souvent des manifestations contre la xénophobie ‘Pas de haine dans l'État laitier' organisées par les groupes d'immigrants comme les Voies de la Frontière en 2017/2018.

Un agriculteur américain moyen n'est pas non plus un multimillionnaire qui conduit une camionnette de luxe et fait fonctionner des machines GPS de haute technologie sur des milliers d'acres. Un agriculteur familial typique aux États-Unis ne possède plus sa propre terre - ce qui n'était pas le cas il y a un siècle, lorsque 90% la possédaient. Aujourd'hui, ils louent souvent ou ont une hypothèque bancaire qui pèse lourd. Une ferme américaine typique est moins de 450 acres (*), la ferme de mes parents est de 260 acres, et 80% des agriculteurs américains gagnent moins de 100 000 dollars bruts par an. Les comtés les plus pauvres des États-Unis se trouvent dans les zones rurales, dominées par les réserves indiennes et / ou les communautés agricoles. Beaucoup de nos propres membres de Family Farm Defenders sont si pauvres qu'ils sont admissibles à l'aide alimentaire fédérale. Ils survivent en bricolant du matériel vieux de 30-40 ans (« droit de réparer ») et en envoyant ailleurs plusieurs membres de la famille pour trouver d'autres moyens de revenus et - s'ils ont de la chance - une assurance maladie médiocre. La première cause de saisie des exploitations agricoles est l'urgence médicale. De nombreux accidents agricoles sont en fait des suicides, car au moins s'il est légalement reconnu comme un ‘accident', les membres survivants de la famille peuvent recevoir une indemnité d'assurance-vie.

Un autre stéréotype est que les agriculteurs américains « nourrissent le monde ». En réalité, les États-Unis sont un pays à déficit alimentaire, qui importe 30-50% de tous nos produits frais, avec une des pires malnutritions constatées, une fois de plus, dans les zones rurales. Alors que nous nous considérons fièrement comme un ‘état agricole', l'état du Wisconsin importe toujours d'autres régions du pays ou de l'étranger 95% de la nourriture que nous mangeons. En moyenne, la nourriture américaine parcourt 1200-1500 kilomètres d'un champ jusqu'à l'assiette - l'empreinte carbone d'un tel système alimentaire ‘bon marché' basé sur des combustibles fossiles subventionnés est absurde.

La faim n'est pas un problème technique, mais un choix politique qui accorde la priorité aux bénéfices des sociétés par rapport à l'accès équitable. En temps normal, un quart de la nourriture américaine est gaspillée, et le dumping de ‘l'excédent de lait', l'euthanasie des porcelets et la mise en décharge des légumes pendant la pandémie alors que des millions de personnes ont perdu leurs emplois et ont fait la queue dans les banques alimentaires, ont révélé une fois de plus l'échec systémique de l'industrie agroalimentaire à nourrir les gens. Plus de 60% des terres agricoles cultivées dans mon propre état du Wisconsin sont réservés à seulement deux cultures – le maïs et le soja – dont la plupart ne peuvent pas être consommées directement par les gens car ils sont génétiquement modifiés pour le bétail, sirop de maïs à haute teneur en fructose (HCFS), ou l'éthanol.

 

Même notre fameux fromage ‘Wisconsin' est de plus en plus fabriqué avec du lait industriel transportédepuis l'Idaho, le Colorado, le Michigan ou le Texas alors que nos propres producteurs laitiers font faillite faute d'un prix équitable sur des marchés manipulés et contrôlés par des oligopoles de l'agro-industrie. Chaque année nous perdons en moyenne 500 fermes laitières au Wisconsin – et quand une ferme familiale fait faillite, c'est un autre clou dans le cercueil d'une communauté rurale en difficulté. Seule une poignée de sociétés transnationales sont désormais autorisées à déterminer le prix mondial de toutes sortes de produits de base (fromage, céréales, bois, engrais, carbone) à travers les ‘marchés étroits' de la bourse de Chicago, et ce scénario de collusion est propice pour le racket spéculatif. Pourtant, nous avons des politiciens des deux parties qui font régulièrement d'autres nations des boucs émissaires responsables de notre crise agricole, attaquant leurs politiques de souveraineté alimentaire par le biais de régimes de libre-échange comme l'Organisation Mondiale du Commerce, tout en refusant d'appliquer la législation anti monopole existante pour freiner et briser les géants de l'alimentation chez nous. La majorité des agriculteurs dans le monde sont des femmes de couleur dans les pays du sud et 15 à 20% de la nourriture mondiale est maintenant cultivée dans les villes, nous devons donc vraiment arrêter de perpétuer ces stéréotypes sur les agriculteurs américains ruraux.

Heureusement, il existe des tendances encourageantes de la transition équitable vers un modèle agro-écologique de l'agriculture et de la nourriture aux États Unis, accentuées par les chocs douloureux de la pandémie. Plus d'un quart des fermes laitières restantes dans le Wisconsin pratiquent désormais le pâturage tournant, et grâce à la pression du boycott des consommateurs (et aux questions de responsabilité), même les détaillants de grande taille éliminent progressivement les contrats pour les produits laitiers induits par le rBGH (hormone bovine de croissance recombinée), un glas longtemps attendu pour le premier OGM approuvé par la FDA (l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) en 1993. Le marché biologique continue de croître à pas de géant, bien que malheureusement une grande partie de ce secteur ait été corporatisée et mondialisée, de plus en plus dépendante des importations faussement organiques, grâce à l'application peu enthousiaste du Département de l'Agriculture des États-Unis. Plus de10000 chiens et chats qui sont morts aux États-Unis à cause d'aliments pour animaux importés contenant de la mélamine toxique en 2007 auraient été épargnés si les consommateurs avaient le droit de savoir d'où proviennent nos aliments. Malheureusement, malgré le soutien massif du public, les États-Unis refusent de mettre en œuvre l'étiquetage complet obligatoire du pays d'origine.

Aujourd'hui les agriculteurs débutants aux États-Unis sont beaucoup plus susceptibles d'être des jeunes femmes, des personnes de couleur et des immigrants récents que leurs prédécesseurs historiques, et ont également tendance à prendre des fermes plus petites et plus diversifiées, et se concentrer sur les ventes directes et les activités à valeur ajoutée. Le marché fermier de Madison Northside, où je vends des légumes et des fleurs avec mon partenaire pendant la saison, a un grand choix de vendeurs, y compris des immigrants Hmong, une coopérative des fermiers et travailleurs agricoles Latinx, ainsi qu'un vieil agriculteur afro-américain. Le Wisconsin abritait en fait plusieurs communautés agricoles afro-américaines parce que les esclaves affranchis sont venus au nord après la Guerre Civile, mais au fil du temps, leur présence a diminué et l'État compte maintenant moins d'une centaine d'agriculteurs afro-américains. En fait, en 2020, les États-Unis ne comptent que 45 000 agriculteurs afro-américains au total contre plus d'un million en 1920. Freedom Farmers de Monica White documente cette histoire tragique ainsi que les efforts pour récupérer cet héritage agricole, y compris des entretiens avec un membre du conseil d'administration de la FFD et depuis longtemps agriculteur au Mississippi, Ben Burkett. Il est l'un des dirigeants de l'Association des coopératives du Mississippi à laquelle Family Farm Defenders a livré une douzaine de tracteurs et d'autres outils en 2006 dans le cadre d'un effort d'entraide dans le sillage dévastateur de l'ouragan Katrina.

Cette lutte continue des États-Unis pour la justice raciale est une lutte qui peut renforcer la solidarité entre les populations rurales et urbaines qui sont trop souvent opposées les unes aux autres. Leah Penniman, cofondatrice de Soul Fire Farm dans le nord de l'État de New York et auteur de Farming While Black était la conférencière principale à la Conférence sur l'agriculture biologique à La Crosse (Wisconsin) en février 2020 (juste avant que la pandémie ait interdit tous ces rassemblements de masse), et nous étions heureux de la voir participer à notre table ronde sur la souveraineté alimentaire et l'agroécologie lors du même événement. Family Farm Defenders était également fier d'attribuer en novembre 2020 le prix John Kinsman Beginning Farmer (du nom de notre fondateur) pour la souveraineté alimentaire à trois agriculteurs homosexuels latinx à la ferme coopérative de Catatumbo à Chicago – Jazmin Martinez, Nadia Sol Ireri Unzueta Carrasco et Viviana Moreno. Un des lauréats du « Prix mondial de la souveraineté alimentaire » de l'Alliance pour la souveraineté alimentaire des États-Unis de cette année a été la Somali Bantu Community Association de Lewiston, dans le Massachusetts, avec des centaines d'agriculteurs membres qui cultivent ensemble sur leur terre de plus de 100 acres.

Et, bien sûr, les premiers gardiens de la souveraineté alimentaire en Amériques sont les peuples indigènes ! L'un des avantages de notre travail sur la souveraineté alimentaire aux États-Unis est qu'il n'est jamais nécessaire d'expliquer ce concept aux communautés indigènes. En 2016, lorsque la Nation Standing Rock du Dakota du Nord a appelé ses alliés à les joindre pour résister au pipeline de sables bitumineux de DAPL, FFD a répondu en amenant des produits biologiques et des manifestants au camp Oceti Sakowin. En mars 2017, FFD a co-organisé un symposium sur la souveraineté alimentaire à l'Université Wisconsin-Madison avec le Conseil agricole intertribal et de nombreux autres alliés indigènes. Nous continuerons de défendre les droits issus des traités et la souveraineté indigène – qu'il s'agisse de résister au brevetage corporatif du riz sauvage ou à l'approbation fédérale du saumon OGM, de lutter contre les projets d'exploitation minière toxique et les pipelines de sables bitumineux qui menacent le territoire autochtone, ou qu'il s'agisse de la lutte élargie pour restaurer la faune indigène (les bisons, les esturgeons) et récupérer les terres volées à gérer collectivement selon le principe de la septième génération.

PN : En Europe, la Politique Agricole Commune a tendance à encourager les grandes fermes à travers les subventions à l'hectare. Qu'en est-il pour le farm bill ? Est-il plus juste ?

À l'instar de la PAC* dans l'UE*, notre Farm Bill a également été largement détourné pour subventionner davantage et enraciner le modèle industriel néolibéral d'entreprise. Lorsque Family Farm Defenders a été invité à assister à la conférence du 25e anniversaire de la Confederação Nacional da Agricultura (CNA) à Coimbra en mars 2003, je me souviens des producteurs laitiers portugais déplorant la façon dont la PAC* les avait obligés à abattre des milliers de vaches pour laisser place à l'importation du lait d'autres régions européennes. La violation de la souveraineté alimentaire était si évidente pour moi, et me rappelait mes propres ancêtres irlandais, fuyant aux États-Unis dans les années 1840 la ‘famine' coloniale avec la nourriture exportée sous garde armée vers la Grande-Bretagne.

En décembre 2009, j'ai fait partie de la délégation d'agriculteurs américains pour La Via Campesina à la conférence COP* 19 des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague. J'ai failli tomber de ma chaise lors d'une séance plénière lorsque le secrétaire du département de l'Agriculture des États-Unis Tom Vilsack a annoncé que les États-Unis utiliseraient le financement fédéral du Farm Bill pour promouvoir les digesteurs de fumier dans les fermes industrielles afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis. Quel pot de merde (littéralement !) Les digesteurs de fumier font partie des nombreuses fausses solutions au changement climatique (comme les agro carburants, les OGM, l'échange des droits d'émission de carbone) qui ne font qu'aggraver le problème. Si vos vaches sont autorisées à paître sur l'herbe comme elles le souhaitent (et la nature le veut bien), vous n'avez pas de problème de méthane – cela ne vient qu'avec le confinement et le besoin de stocker des millions de gallons de fumier. Comme le dirait mon grand-père, ‘si le fumier est un problème pour votre ferme, vous êtes devenus trop gros pour votre propre culotte'.

Lorsque le secrétaire du département de l'Agriculture de Trump, Sonny Perdue, est venu à la World Dairy Expo à Madison (le Wisconsin) en octobre 2019 et a proclamé ‘qu'en Amérique, les grands deviennent encore plus grands et les petits sortent du marché', il faisait juste écho à ce que Earl Butz, le secrétaire du département de l'Agriculture de Nixon, a déclaré dans les années 1970. De telles attitudes idiotes ont provoqué notre crise agricole. Au lieu d'une consolidation et d'une industrialisation accrues, contribuant à l'inquiétude supplémentaire de l'Amérique (pour citer Wendell Berry), nous avons besoin de politiques qui encouragent plus de petites fermes agro écologiques qui soutiennent les économies locales et soutiennent des communautés dynamiques, tout en mieux protégeant notre air, notre eau, notre sol et le patrimoine faunique.

Depuis des années, au Wisconsin, vous pouvez facilement obtenir une subvention d'un million de dollars pour enfermer des vaches dans une ferme industrielle, mais juste une maigre subvention de 5 000 dollars pour acheter des matériaux de clôture pour le pâturage tournant. Ce coup de pouce vers le confinement du bétail et la monoculture biotechnologique n'est ni naturelle ni inévitable – elle est due à une politique des subventions biaisée. Même des études du Centre de rentabilité laitière de l'Université Wisconsin-Madison ont montré que les petites fermes laitières à base d'herbe sont plus viables que les grandes exploitations, mais ce n'est pas ce que le gouvernement encourage. Bien sûr, de nombreux agriculteurs ont regardé à travers le battage médiatique et savent que le système biotechnologique / agrochimique breveté est moins productif et conçu pour siphonner leur argent tout en nuisant leur autonomie, mais ils ont souvent peu de choix. Pendant des années, la blague était que le Land Grant College System, y compris l'Université Wisconsin-Madison, dans lequel j'ai obtenu mon diplôme d'études supérieures, n'a jamais fait de recherche agricole pour économiser de l'argent aux agriculteurs, au contraire tout était destiné à les inciter à acheter davantage. Mais aujourd'hui, nous avons des sélectionneurs de plantes de premier ordre à l'Université Wisconsin-Madison qui rejettent les essais de Bayer / Monsanto pour de nouvelles cultures résistantes au glyphosate et choisissent plutôt de soutenir l'Open Source Seed Initiative! https://osseeds.org/ La tendance change lentement.

PN : Vous êtes le directeur du Family Farm Defenders membre de Via Campesina, pour quoi (ou contre quoi) vous battez-vous en ce moment ?

Notre principal défi à ce stade est de s'appuyer sur la prise de conscience généralisée induite par la pandémie et démontrer que notre système agroalimentaire industriel est terriblement mal tourné et de transformer cela en soutien de la base pour une alternative viable – à savoir, la souveraineté alimentaire, et ne pas simplement revenir au statu quo des entreprises agroalimentaires. Family Farm Defenders a été parmi les premiers groupes à apporter l'idée de souveraineté alimentaire aux États-Unis après avoir rencontré nos alliés de la Via Campesina lors de la célèbre manifestation anti-OMC* « Battle in Seattle » en novembre 1999. J'ai récemment raconté mon expérience de cet événement historique dans le cadre du 20e célébration d'anniversaire : https://www.commondreams.org/views/2019/11/27/wto-shutdown-how-food-sovereignty-movement-helped-bring-down-world-trade

Trump a pu profiter de la colère rurale pour promouvoir sa marque de populisme autoritaire (par opposition au populisme progressiste de quelqu'un comme Sanders qui a en fait soulevé les causes profondes de notre crise agricole) et a ainsi pu faire des ravages pendant quatre ans. Le mauvais choix fait par Biden de recycler Tom Vilsack en tant que secrétaire du département de l'Agriculture, cependant, a à nouveau exaspéré de nombreux agriculteurs familiaux, car il signale que l'industrie agricole corporative restera sous contrôle, peu importe qui occupe la Maison Blanche. Après le chaos et la violence de 2020, nous ne pouvons pas nous permettre de revenir à cette ancienne méthode.

Deux autres luttes en cours qui n'ont pas été encore mentionnées incluent l'accaparement des terres par des entreprises transnationales spéculatives et la cooptation de l'agroécologie elle-même. En tant que professeur d'université à temps partiel, mon propre compte de retraite est sous contrôle de l'Association de l'assurance des professeurs et des annuités (TIAA), le géant mondial des fonds de retraite qui est maintenant l'un des plus grands propriétaires fonciers du monde. Nous faisons partie d'une coalition beaucoup plus large qui exerce une pression de désinvestissement sur la TIAA et les autres, tout en cherchant à réorienter les investissements vers des efforts de réforme agraire qui soutiendront une génération plus diversifiée d'agriculteurs débutants. https://www.stoplandgrabs.org/en-us/ Lors de divers forums de FAO* de l'ONU* et du changement climatique et lors des débats nationaux du Green New Deal, nous assistons également à l'expropriation de l'agroécologie en tant que stratégie d'éco blanchiment par nos opposants – le même sort qui est arrivé en grande partie à l'agriculture biologique, équitable et régénératrice. C'est pourquoi nous persisterons à lier la souveraineté alimentaire à l'agroécologie dans notre éducation populaire et notre mouvement populaire, car l'une peut contribuer à isoler l'autre de la corruption. Nous ne pouvons gagner cette lutte que si nous restons habilités : non seulement pour nous définir, mais aussi pour concevoir nos propres stratégies et raconter nos propres histoires de succès.

 

                                   Propos recueillis par Marie Durand, traduits de l'anglais par Irina Fomina

 

(*) 10 acres = 4ha47

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne des Pays de la Loire