Home > Actualités > La Conf’44, on s’engage ou pas ?
Partager sur :
VIE SYNDICALE
27.11.2020

La Conf’44, on s’engage ou pas ?

La Confédération Paysanne, même si elle a et revendique le statut de syndicat professionnel, s'est toujours voulu ouverte vers l'extérieur. C'est cette ouverture aux autres, notamment aux jeunes installés non issus du milieu agricole, qui a permis à la Conf' d'anticiper les évolutions du milieu agricole en créant les outils d'accompagnement (non soumis à cotisations) que sont CAP44 et la CIAP et favorisant l'accès au foncier pour des installations plus créatives, souvent en bio ou vente directe. C'est aussi cette ouverture à la société, que ce soit le milieu associatif et ouvrier qui a permis à notre syndicat de gagner de petites et grandes victoires  : de la place des femmes en agriculture à travers la reconnaissance du statut de conjointe collaboratrice puis la possibilité de faire un GAEC entre époux, de la création du contrat CARA qui permet une prise en charge du remplacement sur les fermes en cas de maladie ou accident jusqu'à l'interdiction de la culture des OGM ou plus récemment l'abandon du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes qui a mobilisé un nombre incroyable de paysans, citoyens et structures agricoles à travers le COPAIN.

Mais il y a encore tant de combats à mener (de grands combats nationaux comme des plus locaux) pour relever les défis sociétaux, alimentaires, climatiques pour lesquels les paysans doivent prendre une large part. 50 % des agriculteurs vont prendre leur retraite dans les années à venir. Le chantier du renouvellement des générations est donc gigantesque, et nécessitera la mobilisation de toutes les bonnes volontés pour ne pas laisser libre la voie aux promoteurs de l'agriculture industrielle qui conduit à l'accaparement des terres, la destruction du bocage, et à la mort de la vie rurale. Autrement dit, on ne pourra pas faire mieux si l'on est moins nombreux.

Outre le lien avec les citoyens, pour continuer à défendre et promouvoir l'agriculture paysanne, la Conf' a besoin de 3 ingrédients indispensables :

Des bras (et des têtes!) pour représenter la Conf' dans de nombreuses instances ou la parole paysanne même minoritaire est indispensable pour défendre les paysans. Tous les mois, des militants de la Conf' participent aux CDOA* économie qui accordent la DJA*, CDOA* structures qui attribuent le foncier, comité SAFER, comité sécheresse…

De l'intelligence collective pour être toujours inventifs, enrichir notre projet et se battre pour que nos revendications soient entendues. Refuser la méthanisation industrielle, créer des outils de stockage du foncier pour limiter l'agrandissement des terres, augmenter la part de bio/local dans la restauration collective et donner accès à ce marché aux paysans du territoire… sont autant de sujets passionnants qui nécessitent la contribution de paysans nombreux et ancrés dans les territoires

Des moyens financiers, à travers la collecte des cotisations pour permettre :

- d'embaucher les animateurs qui nous accompagnent au quotidien,

- le maintien du service juridique indispensable pour dénouer les conflits fonciers, et administratifs.

- l'indemnisation du temps passé et des frais kilométriques pour permettre aux jeunes installés, vendeurs directs, jeunes parents, exploitants individuels… de militer sans mettre leur exploitation en péril.

 

Se sentir proche de nous, c'est sympa, nous soutenir, c'est encore mieux !

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne des Pays de la Loire